“Rotten Procedures” is back!

I-smile-because-I-m-clueless-and-naive-Phone---Tablet-Cases

One of my good friends had a recent adventure that begings just here…

The Naive Customer

follow the link and have fun (or not).

November 20, 2015 at 5:38 pm Leave a comment

Grippe porcine: une France invincible ou un gouvernement irresponsable?

Demain matin, notre fils rentre d’urgence du Mexique après une année entière passée à Guadalajara. Nous avons appelé le service médical de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle pour savoir s’il devait passer un contrôle en arrivant: “Non, non, nous ne faisons pas de contrôle systématique.”

Continue Reading April 29, 2009 at 10:59 am Leave a comment

Lettre ouverte à M. Jacques Attali, Président de la Commission “Libération de la Croissance”

Pour exporter ou vendre dans toute la France, il faut voyager et en France, pour voyager, il faut payer plus cher qu’ailleurs!

Le frère de Jacques, Bernard Attali avait démissionné en 1993 car le gouvernement l’avait “laché” lors de ses négociations avec le personnel d’Air France. Jacques Maillot, le fondateur de nouvelles frontières parle de “duopole”. Moi j’appelle cela un monopole de fait car dans notre pays, Air France finance ses bénéfices sur le dos de l’industrie Française et par la même occasion sur le dos des contribuables qui financent les sociétés nationales, et des PME qui font partie des “dommages collatéraux” d’une politique tarifaire scandaleuse. Voici une publication de 2001 qui en dit long
Voici un exemple tiré à l’instant des sites web de 4 compagnies Européennes pour un voyage à Milan en Italie, départ le lundi 8 octobre 2007, retour le mercredi 10 octobre 2007. Nous supposerons que la PME souhaite limiter les coûts et que l’heure de départ et de retour sont flexibles.

Air France, de Rennes: 978
€Air France, de Paris: 908€
Lufthansa, départ Francfort: 646€
British Airways, de Birmingham: 488€
British Airways, de Londres Heathrow: 367€
Lufthansa, départ Hambourg:279€
SAS, départ Copenhague: 212€

D’après Jacques Maillot, le patron d’Air France est le Ministre des Transports français de facto…c’est lui qui dit au Ministre qui autoriser, à qui attribuer les slots de Charles de Gaulle et Orly. Transavia, la low cost de KLM, ressuscitée pour l’occasion dessert surtout les destinations de vacances et les entreprises françaises servent de vache à lait à Air France.

Nous sommes censés avoir élu un gouvernement LIBÉRAL…adepte de la loi de l’offre et de la demande…mais pas quand les copains Enarques demandent un passe droit, on a l’impression qu’on s’arrange pour protéger leur marché.

Si nous voulons que les sociétés françaises puissent réussir à l’exportation, clef de leur croissance, ne faudrait-il pas leur donner les moyens de vendre, c’est à dire les moyens d’être présents là où se trouve un marché sans avoir à subventionner un monopole inique.

Soit dit en passant, la prise d’otage des clients “Pro” en cours par le TGV, activité en voie de privatisation MAIS SANS CONCURRENT (sauf sur le TGV Est), va avoir comme résultat de remettre les français sur les routes. Il sera bientôt plus rentable de prendre sa voiture (même seul!) que de prendre le train. Bravo, cela fera du bien à la couche d’ozone!

Non content de créer et protéger des duopoles, l’état installe un monopole pour le TGV. on dit que le service des ICE allemands qui arrivent Gare de l’Est est plutôt meilleur que le TGV Est. Là au moins, le client a le choix…mais dans le reste de la France, la PME qui doit “monter” à Paris, capitale de l’état le plus centralisé d’Europe n’a qu’à payer…puisqu’il ne peut pas voter avec ses pieds, étant pris en étau dans un Duopole Air France-TGV (quand Air France dessert encore sa ville).

Toutes les entreprises françaises ne sont pas à Paris mais toutes doivent pouvoir déplacer leurs commerciaux sans se ruiner. un peu de concurrence aiderait…!

(Lettre envoyée au Blog de la Commission)

November 29, 2007 at 3:52 pm 1 comment

TGV Fantômes à la SNCF

train-fantome.jpg

Aujourd’hui, je cherchais à réserver un billet TGV Rennes-Paris Montparnasse pour le 5 Novembre 2007 vers 11h00. Internaute convaincu (quoique de moins en moins pour ce qui est de la SNCF…voir mes autres aventures), je me suis connecté à http://www.voyages-sncf.com, comme d’habitude.

Horreur, malheur, il n’y a plus de place sur le 11h05 en 2nde et on me propose des places en 1ère ce qui est au dessus de mes moyens. J’ai le choix entre voyager en Corail (4h28 de trajet et un changement à Le Mans) ou attendre 12h30 ce qui ne m’arrange pas non plus.

Devant faire une course en ville, je décide de passer à l’agence commerciale SNCF et découvre qu’il existe un TGV à 11h25, probablement supplémentaire, et qu’il n’y a aucun problème pour y réserver une place de 2nde, ce que je fais.

De retour à la maison, je vérifie à nouveau que ce train n’existe pas sur Internet…toujours pas de 11h25 pour Paris le 5 Novembre.

Étant informaticien, je suppose que système de réservation Internet se nourrit (en principe) des mêmes données que le système “Socrate” utilisé par les agents de la SNCF.

Somme-nous donc devant une politique délibérée? Les Internautes sont-ils exclus de certaines options de réservation? Ou bien s’agi-il encore d’un bug dans le système?
Si c’est une politique délibérée, voici encore une aberration de la stratégie de la SNCF car le résultat, c’est que je vais désormais vérifier en Agence ou à la Gare et acheter mon billet là plutôt que sur Internet.

Résultat des courses: augmentation du traffic au guichet…déjà que je ne veux plus utiliser les Bornes…à quand le retour des grosses presses qui imprimaient le billet sur un bout de carton rose et des billets remplis à la main avec une copie carbone!?

October 31, 2007 at 11:12 am Leave a comment

Le Comité d’Entreprise tue la croissance en France

(commentaire soumis le 26/09/2007 au Blog de la Commission pour la Libération de la Croissance)

ballchain.jpg


Dans un article du 13/03/07 (Lire ici), Les Échos fait remarquer que la France a besoin de 10000 grosses PME et semble ne pas comprendre pourquoi les PME françaises semblent atteindre un « plafond de verre autour de 50 à 75 employés.

Il est clair que le journaliste n’a pas trop gratté les statistiques car s’il l’avait fait, il aurait trouvé un nombre démesuré d’entreprises employant 49 personnes…une de moins que 50. Pourquoi? Tout simplement parce que le plafond de verre entraîne le passage dans un autre monde : celui des entreprises avec Comité d’Entreprise. Et ça coûte du temps, des soucis, de l’argent et de la rentabilité à l’entreprise. Nombreux sont les patrons qui limitent délibérement la taille de leur entreprise à moins de 50.

Voici un extrait de la page d’accueil sur les Comités d’Entreprise (Lire ici) :

Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d’entreprise est tenu d’organiser la mise en place d’un comité d’entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel et éventuellement de représentants syndicaux désignés par les organisations syndicales. Ce comité assume d’une part, des attributions économiques et d’autre part, sociales et culturelles et dispose pour ce faire, des moyens matériels et financiers nécessaires. Le chef d’entreprise (ou son représentant) assure les fonctions de président du CE.

Si l’effectif de l’entreprise (apprécié conformément aux dispositions prévues par le Code du travail est inférieur à 200 salariés, l’employeur peut opter pour la délégation unique de représentation du personnel qui réunit les attributions des délégués du personnel et du comité d’entreprise au sein d’une même délégation élue.

Voici le tableau tiré du site web du Ministère du Travail. J’ai simplement ajouté la colonne qui tue : le pourcentage d’employés affectés au CE :

Effectifs—————–Nombre de délégués———Pourcentage des employés
50 à 74 salariés———-3 titulaires / 3 suppléants——–12%
75 à 99 salariés———-4 titulaires / 4 suppléants——–10,6%
100 à 399 salariés——–5 titulaires / 5 suppléants——–10%
400 à 749 salariés——–6 titulaires / 6 suppléants———3%
750 à 999 salariés——–7 titulaires / 7 suppléants——–1,86%
1 000 à 1 999 salariés—-8 titulaires / 8 suppléants———1,6%
2 000 à 2 999 salariés—-9 titulaires / 9 suppléants———0,9%
3 000 à 3 999 salariés—10 titulaires / 10 suppléants——–0,6%
4 000 à 4 999 salariés—11 titulaires / 11 suppléants——–5,5%
5 000 à 7 499 salariés—12 titulaires / 12 suppléants——–0,48%
7 500 à 9 999 salariés—13 titulaires / 13 suppléants——–0,34%
A partir de 10 000——-15 titulaires / 15 suppléants——–0,3%

Remarquez vous quelque chose? Jusqu’à 400 employés, avec l’avènement des 35 heures, l’entreprise doit consacrer 14% du temps de plus de 10% de son personnel au CE et 0,2% de sa masse salariale, sans parler des contributions aux activités sociales.

Autrement dit, la petite PME doit consacrer un coût correspondant à plus de 1,6% de sa masse salariale à des activités non productives. On pourrait dire que la société qui atteint les 50 employés doit immédiatement embaucher une personne supplémentaire pour compenser les activités du CE, mais les choses ne fonctionnent pas ainsi. C’est la productivité de 6 à 10 personnes qui est impactée.

Propositions :
1) supprimer le premier niveau de 50 employés, cela pourrait instantanément créer des centaines de milliers d’emplois
2) si les CE doivent survivre dans les petites entreprises, et si ces petites entreprises doivent pouvoir grossir, il faut les aider en compensant la perte de productivité, jusqu’à ce le coût devienne tolérable pour l’entreprise (plus de 400 employés).

Lachez leur la bride et admirez les gazelles…

September 28, 2007 at 7:34 am 4 comments

Lettre ouverte à M. Jacques Attali, Président de la Commission “Libération de la Croissance”

Monsieur,

Pour exporter ou vendre dans toute la France, il faut voyager et en France, pour voyager, il faut payer plus cher qu’ailleurs!

Votre propre frère, Bernard Attali avait démissionné en 1993 car le gouvernement l’avait “laché” lors de ses négociations avec le personnel d’Air France. Jacques Maillot, le fondateur de nouvelles frontières parle de “duopole”. Moi j’appelle cela un monopole de fait car dans notre pays, Air France finance ses bénéfices sur le dos de l’industrie Française et par la même occasion sur le dos des contribuables qui financent les sociétés nationales, et des PME qui font partie des “dommages collatéraux” d’une politique tarifaire scandaleuse. Voici une publication de 2001 qui en dit long

Voici un exemple tiré à l’instant des sites web de 4 compagnies Européennes pour un voyage à Milan en Italie, départ le lundi 8 octobre 2007, retour le mercredi 10 octobre 2007. Nous supposerons que la PME souhaite limiter les coûts et que l’heure de départ et de retour sont flexibles.

Air France, de Rennes: 978
€Air France, de Paris: 908€
Lufthansa, départ Francfort: 646€
British Airways, de Birmingham: 488€
British Airways, de Londres Heathrow: 367€
Lufthansa, départ Hambourg:279€
SAS, départ Copenhague: 212€

D’après Jacques Maillot, le patron d’Air France est le Ministre des Transports français de facto…c’est lui qui dit au Ministre qui autoriser, à qui attribuer les slots de Charles de Gaulle et Orly. Transavia, la low cost de KLM, ressuscitée pour l’occasion dessert surtout les destinations de vacances et le patron français sert de vache à lait à Air France.

Nous sommes censés avoir élu un gouvernement LIBÉRAL…adepte de la loi de l’offre et de la demande…mais pas quand les copains Enarques demandent un passe droit, on a l’impression qu’on s’arrange pour protéger leur marché.

Si nous voulons que les sociétés françaises puissent réussir à l’exportation, clef de leur croissance, ne faudrait-il pas leur donner les moyens de vendre, c’est à dire les moyens d’être présents là où se trouve un marché sans avoir à subventionner un monopole inique.

Soit dit en passant, la prise d’otage des clients “Pro” en cours par le TGV, activité en voie de privatisation MAIS SANS CONCURRENT (sauf sur le TGV Est), va avoir comme résultat de remettre les français sur les routes. Il sera bientôt plus rentable de prendre sa voiture (même seul!) que de prendre le train. Bravo, cela fera du bien à la couche d’ozone!

Non content de créer et protéger des duopoles, l’état installe un monopole pour le TGV. on dit que le service des ICE allemands qui arrivent Gare de l’Est est plutôt meilleur que le TGV Est. Là au moins, le client a le choix…mais dans le reste de la France, la PME qui doit “monter” à Paris, capitale de l’état le plus centralisé d’Europe n’a qu’à payer…puisqu’il ne peut pas voter avec ses pieds, étant pris en étau dans un Duopole Air France-TGV (quand Air France dessert encore sa ville).

Toutes les entreprises françaises ne sont pas à Paris mais toutes doivent pouvoir déplacer leurs commerciaux sans se ruiner. un peu de concurrence aiderait…!

(Cette lettre a été envoyée au Blog de la commission et devrait être bientôt publiée)

September 25, 2007 at 1:07 pm Leave a comment

All is well that ends well

The other day, I said that Hertz had actually seen my blog (and were embarrassed), well they have acted in a timely and professional manner to address my issue and they also seem determined to address their procedure issue.

This has clearly been a “moment of truth” that was finally well addressed by Hertz Europe. I do wish they manage to improve their damage assessment procedures. They will have made a great step towards perfection…

Read my original post here

July 19, 2007 at 11:11 am Leave a comment

Older Posts


Access my Profile

View Francis Tchertoff's profile on LinkedIn

Recent Posts